Academie de Montpellier
Ecole primaire Marcel Pagnol
Accueil du site > Vie de l’école > Informations générales > Hommage à Christine Renon, directrice

Hommage à Christine Renon, directrice

jeudi 3 octobre 2019, par Admin

Aujourd’hui jeudi 3 octobre, avaient lieu les obsèques de Christine Renon.
Par cette banderole déployée sur les grilles, l’équipe éducative de l’école Marcel Pagnol a voulu lui rendre hommage.

Christine Renon était une de nos collègues, directrice d’une école maternelle à Pantin dans la banlieue parisienne. Elle avait 58 ans et de l’expérience à revendre.
Découragée, laminée, épuisée par la charge de travail imposée aux directeurs, elle s’est donné la mort dans son école, après avoir envoyé des courriers très touchants à ses collègues directeurs et à sa hiérarchie.
« Aujourd’hui, samedi, je me suis réveillée épouvantablement fatiguée, épuisée après seulement trois semaines de rentrée. Je me demande si je ne ferai pas une petite déprime ! Je n’en ai pas l’habitude, j’en ai jamais fait, mais j’ai une boule dans la gorge depuis ce matin et envie de pleurer et je suis tellement fatiguée. »
Elle était pourtant selon ses collègues une professionnelle consciencieuse, une femme énergique, sympathique et qui ne semblait pas déprimée. Certains la voyaient « comme un roc ». Seulement voilà, la charge de travail sans cesse plus grande chaque année, sans vrais moyens de la mettre en œuvre efficacement l’a broyée. Les rocs les plus durs finissent par s’user sous les coups répétés.
Une directrice qui a reçu son courrier témoigne : « Ce qu’elle disait dans cette lettre, c’était juste insupportable. C’était une journée de travail type. Tout le monde s’est reconnu. » Oui, tous les directeurs et directrices de France se retrouvent dans cette lettre, car même si les conditions de travail ne sont pas partout les mêmes, ni les évènements non plus, la charge de travail, les commandes de la hiérarchie, les tracas quotidiens et les responsabilités le sont. L’isolement dans la tâche aussi.
Les moyens ne suivent pas pour y répondre et les directeurs, qui aiment leur métier et veulent travailler au mieux, finissent par s’épuiser.
Il faut répondre toujours plus vite aux demandes des parents, des enfants, des collègues, des Atsem, des Avs, du ministère, de la Dsden, de l’inspecteur, du psychologue, du médecin scolaire, de la PMI, de l’infirmière, de la mairie, de l’Agglo, des écoles, du collège, des livreurs, des taxis, des entreprises, de la banque ... etc ... et puis la vie de famille avec le temps qui reste.
Comme la plupart des directeurs, le votre ne se plaint pas, car même s’il est parfois découragé (de plus en plus), il a choisi ce qu’il fait et aime son métier depuis 38 ans qu’il y est, mais il constate qu’il est plus souvent malade, et de plus en plus tôt dans l’année. Là, ça y est, c’est déjà fait au bout d’un mois d’école seulement ! « Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés » (Les animaux malades de la peste, Jean de la Fontaine).
Car le quotidien ne sert plus qu’à traiter l’urgent, tout le reste est mis de côté pour les mercredis ou samedis ou parfois dimanches. Les seules vacances qui permettent de vraiment couper un peu sont les grandes vacances. Les autres, et oui, il faut travailler, y penser, anticiper ...

Les lignes doivent bouger pour que la fonction de directeur soit reconnue comme un vrai métier, pour que les demandes inutiles cessent pour laisser plus de temps aux enseignants de faire leur vrai métier : enseigner ...
Notre modeste contribution, en rendant hommage à Christine Renon, fera peut-être partie des premiers actes d’un mouvement poussant à améliorer les conditions de travail, pour que le sacrifice de Christine de reste pas vain.
Nous l’espérons ...

La lettre intégrale de Christine Renon peut-être lue en cliquant sur le lien suivant (exempt de virus). Lisez-la, elle est criante de vérité(s) :
https://drive.google.com/file/d/1FAkwb5gwrsGVhOcgci92NPFeU7T54yvA/view


Répondre à cet article


Visiteurs connectés : 17

ET VOUS ÊTES DÉJA A ÊTRE PASSÉS NOUS VOIR !
Ecole primaire Marcel Pagnol (académie de Montpellier) - 2009
Responsable éditorial : M. le Directeur